Arlequin

Arlequin

 

Arlequin

 Arlequin est un masque provenant de la région de Lombardie en Italie, illustrant les Charbonniers de Bergame issus de la basse ville. D'où la couleur noir de l'Arlequin.

Un deuxième masque de la Commédia Del Art, Brighella, provient de la même ville, mais lui, représente les habitants de la haute ville.

 Ces masques ne sont devenus des personnages de la Commédia Dell Art qu'à partir du

XVIème siècle.

arlechino.gif

Image, représentation d'Hellequin

 

Etymologie : le nom d''Arlequin descend d'Hellequin qui désigne un démon de mauvais conseil ou un diable. Cela n'a rien d'étonnant, puisque le charbon est extrait des profondeurs de la terre, lieu des enfers. Arlequin étant la représentation de ces intouchables issus de la basse ville de Bergame ayant commerce avec cette matière impure et sale dont on nourrit le feu.

représentation d'Hellequin

 

Avec le temps le personnage d'Arlequin s'est de plus en plus détaché de cette caricature d'être vil, sale, stupide et dangereux, pour devenir ce valet attachant, séduisant et joueur que nous connaissons.

 

Sociologie du personnage:

Valet, serviteur, coursier, sans domicile fixe, il peut aussi être l'étranger ou l'immigré car il ne détient ni les outils, ni les codes sociaux du monde social et du pouvoir.

 

Son rapport au monde uniquement structuré sur l'instant présent, le rend incapable de se projeter dans le futur et par là même, lui interdit tout apprentissage complexe. Il sera donc illettré et naïf, cherchant à longueur de journée à satisfaire ses besoins primaires.

Sans cesse en déséquilibre, il ne cherchera, comme tous les valets de la Commedia Dell'Arte qu'à survivre, face à un monde dont la symbolisation, le mythe fondateur sont uniquement structurés sur la domination des maîtres sur les valets. (en cela les choses n'ont pas changé et ces enjeux de domination par les images, les discours, les objets de parade ou les concepts font de cette forme théâtrale une forme étonnamment moderne pour rendre visibles ces dispositifs)

quelques- uns de mes masques d'Arlequin et de Brighella

aug02-11.jpg

 

 

Symbolique

Au niveau symbolique l'Arlequin exprime la pulsion de vie ou l'élan vital, mais d'une manière plus profonde il symbolise le principe de dévoration ou la nécessité de se nourrir d'autres vies pour continuer à vivre. Dans le christianisme c'est le diable qui exprime cette loi du vivant, dans la pensée alchimiste c'est l'uruburu ( le serpent qui se mord la queue) et d'une manière plus générale, chaque culture a dans son panthéon, un ou des masques, une divinité ou un démon illustrant cette puissance à la fois destructive et créatrice attachée à notre biologie et aux quatres démons qui nous gouvernent soit : la faim, la soif , le sommeil et la pulsion sexuelle. Pulsion première permettant à chaque être vivant de perdurer.

 

La verrue qu'il porte sur le front est le vestige d'une des cornes de Pan, ce dieu symbolisant la puissance de la nature pour les grecs ( l'état de nature, l'animalité) Corne qu'il a sciée par coquetterie mais qui indique plus sûrement à mes yeux, la castration nécessaire de sa sexualité pour que ce personnage puisse naître théâtralement.

Car si il s'agissait d'un adulte ce serait alors Dionysos dans le meilleur des cas ou le diable qui en entrant sur scène viole, prend et déchire les autres personnages, une sorte d'anti représentation sans possibilité de transposition ni de poésie. C'est pourquoi Arlequin a toujours en plus de sa lèvre supérieure hypertrophiée ( exprimant la dévoration et signifiant qu'il est avant tout bloqué au stade buccal) un petit nez. Nez qui exprime une sexualité d'enfant, ainsi l'agréssivité liée à la génitalité est désamorcée. Cette animalité, ce monde des pulsions primaires peut être exprimé sur scène, tout comme l'Auguste dans l'univers du cirque exprime la même problématique puisqu'il a cinq ans d'age mental.

masque d'Arlequin Dionysiaque realisé pour la compagnie du Lysandore.

compagnie-du-lysandore.jpg

 

En opposition à la terre ( l'état de nature) que symbolise l'Auguste ou l'Arlequin, le ciel (l'état de culture) est représenté par le clown blanc ou Pantalon dans la Commedia Dell'Arte: tous deux expriment la conscience de la mort et la nécessaire socialisation des pulsions primaires, par un mythe fondateur et des lois pour que celles-ci, ne soient pas destructrices pour l'individu ou pour le groupe. Bien entendu, le clown blanc ou Pantalon nous montre à voir, pour des raisons dramaturgiques et comiques une socialisation et un ciel tout aussi pathologiques.

 

Car les pulsions sont toujours au départ antisociales, et tout le travail d'éducation dans toutes les cultures du monde est d'apprendre à l'enfant à socialiser ces pulsions, ce qui pose en creux le problème bien contemporain d'un monde où le dressage à la pulsion qu'exprime le monde publicitaire est un dispositif que plus personne ne questionne , mais qui est en soit totalement destructeur du lien, du vivre ensemble et du principe même d'éducation.

 

Le costume d'Arlequin composé de petit morceaux de tissus colorés a été parfois associé au vêtement Soufiste, mais on pourrait tout aussi bien l'associer au manteau de Bouddha composé de pièces de tissus issues de linceuls cousues les unes aux autres. De la même manière qu'on pourrait l'associer à la multitude des formes et des couleurs dont se pare la nature, puisqu'il représente l'état de nature. En dehors du fait que son costume exprime de tout évidence l'état de dénuement dans lequel il se tient, plus profondément il exprime avant tout à mes yeux le retour au temps vertical, le temps éternel, l'instant. Le temps lié au monde de l'indifférencié, d'avant le démembrement lié à l'acquisition du langage, qui nous projette dans un rapport au temps trinitaire    ( passé, présent, futur) où nous quittons l'instant, pour épouser un monde fait de projections, d'identifications et de désir.

 

 

Tous les saints, grands mystiques ou Bouddhas ont tous quitté le théâtre social et son cortège de sentiments mortifères ( orgueil, cupidité, avarice,etc....) pour revenir aux perceptions, aux émotions nées du corps et au temps vertical, tout comme Arlequin qui par son intuition posséde une intelligence profonde et révèle souvent par l'humour et le paradoxe les masques, béquilles, objets de parades ou de pouvoirs que les personnes utilisent pour paraître.

 

Texte: Den facteur de masques de théâtre en cuir denmasques@cegetel.net

 

may25137.jpg
Ajouter un commentaire
Code incorrect ! Essayez à nouveau